Vols & Destinations

Inspiration voyage

La Réunion

Le Piton de la Fournaise

le 28 nov. 2017

Le cratère de 3 km d’envergure s’illumine petit à petit laissant apparaître un gouffre immense.

Trouvez et comparez les meilleurs vols
au départ de Lyon avec notre partenaire

Mon objectif

gravir Le Piton de la Fournaise

Après avoir fait l’ascension du Piton des Neiges, mon dernier objectif est simple : gravir le Piton de la Fournaise qui culmine à 2 632 mètres d’altitude. Le Piton de la Fournaise, c’est LE volcan qu’il faut gravir. Il s’agit de l’un des volcans les plus actifs au monde et il n’est pas rare qu’il entre en éruption. Peut-être aurais-je la chance de voir de la lave en fusion ?

La route du volcan a été construite pour les touristes afin d’accéder plus rapidement au début de la randonnée. Je me refuse de céder à la facilité, je vais faire les 16 km séparant Bourg Murat et le gîte du Pas de Bellecombe à pied. Une journée complète à marcher avec presque 1km de dénivelé positif. Rien de bien compliqué techniquement à part quelques parties boueuses, je mets 7.00 pour enfin arriver au gîte du Pas de Bellecombe. Épuisé, je file me coucher sur les coups de 20.30.

Direction le sommet !

Il est 3.00 du matin quand je commence à marcher en direction du sommet. La nuit est étoilée, la lune brillante et le volcan domine la vallée. En contre-bas, je vois une traînée de petites lumières qui s’anime en direction du piton. Dans le noir, il est dur d’apprécier les distances, et le volcan me paraît à portée de main. Pourtant, il faudra encore marcher 2h30 éclairées par ma lampe frontale et le clair de lune, pour enfin arriver au sommet du Piton.

Le soleil pointe le bout de son nez au-dessus de la mer et les couleurs commencent à apparaître. Le décor se dévoile lentement. On peut enfin distinguer les différents types de laves et les dernières coulées. Le cratère de 3 km d’envergure s’illumine petit à petit laissant apparaître un gouffre immense. Difficile d’imaginer qu’en 2006, la lave atteignait presque les bords.

Le retour est moins folklo. Je n’ai pas pris assez d’eau, je me sens faible et il me tarde d’arriver au refuge. Je croise des hordes de touristes marchant en direction du Piton. Les hélicoptères et ULMs permettant de survoler le volcan ont commencé leur ronde infernale. Bien content de m'être lever tôt pour découvrir seul ce paysage lunaire.

Vous avez aimé cette page ? Partagez la !

Partager

Explorer les autres univers