PASSAGER INSPIRATION VOYAGE STORE

Vols & Destinations

Inspiration voyage

Muscat, cœur du Sultanat d’Oman

A 7h30 de vol depuis l’aéroport Lyon-Saint Exupéry, Muscat (ou Mascate) est le cœur du Sultanat d’Oman, le centre des activités touristiques et économiques du pays, situé au sud de la péninsule d’Arabie, bordé par le golfe d’Oman, la mer d’Arabie, les Émirats Arabes Unis, l’Arabie Saoudite et le Yémen. Ce pays riche en pétrole, en face de l’Iran, était connu dans l’Antiquité sous le nom de Royaume de Magan ou Makkan.

Muscat, cœur du Sultanat d’Oman

Oman a toujours été à la croisée des routes maritimes, que ce soit celles de l’encens, des épices et maintenant de l’or noir. Selon la légende, Sinbad le Marin  y aurait vécu vers le 10ème siècle.

Arrivé, non par la mer, mais par les airs, à l’aéroport de Muscat, la dîme est toujours d’actualité. Il faut en effet payer en arrivant son visa (compter 10€ que le bureau de change vous déduira directement de la somme d’argent que vous souhaiterez convertir). Mieux vaut prévoir depuis Lyon une location de voiture. Le pays, mais aussi la ville, sont dénués de transports en commun, les trottoirs sont assez rares, et les distances entre les différentes cités sont très importantes. 

Mascate est par ailleurs devenue une capitale à rallonges qui s’étire sur plus de 60 km de côtes. Attention, même si le réseau routier est plutôt de très bonne qualité, et la conduite à droite, la signalisation et l’organisation des autoroutes et autres voies rapides n’est compréhensible que par les locaux. Vous ne trouverez sans doute pas non plus de policier pour vous aider. Autant dire que, même équipé du meilleur des plans sur le marché, il faudra rajouter au minimum une bonne demi-heure pour chacun de vos déplacements. La bonne nouvelle sera, par contre, à la pompe, ou vous pourrez faire le plein autour de 8, voir 6 euros.

Fondée au VI millénaire avant J.C.

Muscat, qui aurait été fondée au VIème millénaire avant J.C, compte aujourd’hui plus d’un million d’habitants. Cette ville, aux constructions aux couleurs sable ou blanche, coincée toute en longueur entre la mer (avec des plages où l’on ne voit quasiment personne se baigner pour une raison qui relève sans doute de la sagesse locale) et les roches escarpées des montagnes, possède tout de même quelques attraits touristiques.

Une halte est par exemple obligatoire pour visiter l’imposante Grande Mosquée du sultan Qaboos. Construite au début du présent  millénaire, cet ensemble tout en marbre est dominé par un minaret et un dôme impressionnant. Son intérieur est une débauche d’éléments décoratifs spectaculaires. La grande mosquée du sultan Qaboos possède en effet en ses murs le plus grand chandelier (immense lustre de cristal Swarovski) et le plus grand tapis persan de prière au monde (70 mètres de long et 60 mètres de large). Attention, on ne visite la grande mosquée qu’entre 9 h et 11h, et uniquement du samedi à jeudi. Par ailleurs, les épaules et les jambes doivent être couvertes.

A l’autre bout de la ville, une cinquantaine de kilomètres plus loin, la visite du vieux Muscat, s’impose aussi. Au programme, une photo du palais bleu et or du Sultan, à la croisée du style islamique traditionnel et de l’architecture contemporaine, une vue du port de Muttrah avec son marché aux poissons, et un rapide tour au petit souk de la ville. Ici, des vendeurs, principalement indiens, vous proposeront des étoles en Pashmina, mais aussi des khanjars (poignards en argent à lame recourbée), bijoux, encens, et autres services à café traditionnels.

Muscat, véritable trait d’union entre l’Inde et l’Afrique

Ceci fait, il est aussi sympa de prévoir une ballade à l’extérieur de Muscat. Prévoir deux jours en voiture. Direction le village de Sur… Le coucher de soleil sur la plage du village (vers 5-6h), avec un délicieux jus de citron à la menthe (spécialité à tester sans limite), sera aussi l’objet d’une ravissante photo. Sur le retour, le lendemain, ne pas oublier de faire un détour par Wadi Bani Khalid. On atteint ce site naturel par une longue route de montagne asphaltée, puis quelques kilomètres de piste facile. Après avoir suivi à pied un canal d’irrigation, on débouchera au bord d’une piscine naturelle aux eaux émeraudes bordée de palmiers. Puis, en remontant le lit de la rivière, on atteindra, un peu plus tard, un canyon dans les roches blanches constellé de cavités naturelles où il vous sera possible de vous baigner. L’eau en janvier, à midi,  était autour de 24°.

De retour à Muscat il vous faudra préparer votre soirée. Depuis l’été 2011, la ville s’est doté d’un impressionnant opéra. Le Royal Opera House Muscat, dans la pure tradition italienne, unique en son genre dans la péninsule arabique, doit assurément proposer des spectacles de qualité mais, là encore, faute d’information, on peut supposer que cette structure reste pour l’heure encore réservée sans doute à la population locale. Coté restaurant, difficile de se faire conseiller sur un ou deux établissements sortant du lot, j’ai donc pris le parti de tenter le buffet des grands hôtels. Sans surprise, ils sont abordables et offrent un choix exceptionnel. La palme du meilleur revient pour moi au Crowne Plaza. Sa direction française n’est sans doute pas pour rien dans la haute tenue de ses 4 restaurants.

Véritable trait d’union entre l’Inde et l’Afrique, Muscat a su garder son identité, ses valeurs et son mode de vie. La capitale Omanaise est sans doute encore difficile à comprendre en quelques jours mais semble, fort de son potentiel, prête à s’ouvrir dans les prochaines années au tourisme. De gros efforts ont été faits en terme de restauration d’art, reste maintenant à s’ouvrir sur l’extérieur, mettre en place les infrastructures, l’accueil et la communication…Avec la volonté de Dieu et du Sultan conjuguée…

Nabile L.

Vous avez aimé cette page ? Partagez la !

Partager